Outils, ressources et pratiques pédagogiques >> Regard critique sur des contenus plurimédias

L’expo où tout le monde court…ou afflue.
Larry Clark au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

Interdit aux moins de 18 ans : voilà une signalétique dont on sait ce qu’elle cache quand il s’agit des images. Ici, c’est-à-dire, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, elle a été mûrement décidé par l’auteur et l’hôte accueillant les travaux photographiques.

Larry Clark, connu comme réalisateur de films où les adolescents jouent le rôle central et souvent dramatique, est aussi un photographe de ces mêmes adolescents depuis les années 1960. En fait, ces adolescents ne sont pas les mêmes, mais le paradoxe du cliché donne l’impression que la scène se rejoue à quelques décennies près, à chaque génération, au point que l’on ne sache plus si ces adolescents sont proches de nous ou pas. Cet effet générationnel, ce trouble provient en partie du regard du photographe, à peu de choses près, sa saisie des corps adolescents d’il y a 50 ans se retrouve dans le point de vue de ceux qui rient, ironisent, pourrais-je dire, à la rencontre de leur interlocuteur.

Autre perception : les clichés noir et blanc, de plus petit format, sont très présents, créent presque un déséquilibre, quand la couleur se manifestant dans de plus grandes surfaces semble nous redire combien notre contemporain est préoccupé par la carne, la chair de notre corps. En fait, ce travail vraiment photographique, il s’agit d’un regard comme nous pourrions en produire si nous prenions le temps de nous arrêter et de demander ces poses à l’autre, interroge sur le voir, le m’as-tu-vu sans ostentation ni provocation. Nous sommes dans un cadre familier, quasi familial, les visages renvoient avec ceux des films qui démontrent eux aussi une proximité, une quasi parenté. Affaire de famille ou de parenté : la partie non moins troublante de cette exposition, où se rue nombre de teenagers post-majeurs, est au début. On y rencontre des portraits d’enfants, des petites filles, et aussi des chiens assis comme des écoliers, mise en scène par le regard de la mère de Larry Clark.

Faut-il y voir l’écho de cette préoccupation familiale, ici filiale, qui se lit en pointillé dans toutes l’expo… comme si on ne pouvait bien voir que ce qui nous rappelle notre propre enfance. Les images de la mère ont à peine le charme fané des couleurs des années du Kodakrome, surtout elle montre des enfants résolument heureux, forcément souriant… Ne l’a t-on pas été sur nos bancs d’école ou dans les bras du photographe portraiturant le petit dernier/la petite dernière ? Une chose m’a frappée à la vue de ces clichés : les jeunes enfants (3 ou 4 ans) y adressent un regard vers le haut, comme marqué par cette attirance d’un autre (la mère) comme si tout se passait déjà dans cet avenir à hauteur de grande personne… Me viennent en écho aujourd’hui ce que disent les jeunes fréquentant les trottoirs de nos rues ? Allez-vous voir que la direction prise par les adultes sera suivie par nous ? Que pourra t-on garder de ces images aujourd’hui dans quelques décennies ? Larry Clark nous renvoie un troublant miroir où le sexe a sa part, sans excès, sans prouesse. A quoi bon s’agiter ?

Michel Rebourg

expo à voir : Larry CLARK, Kiss the past hello. Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, jusqu’au 2 janvier 2011. Pour comprendre l’interdiction au moins de 18 ans, allez sur http://www.paris.fr/portail/accueil...

Mise en ligne le 25 octobre 2010
Retour Haut de page

RECHERCHE

  • Recherche avec Spip


>> Faire une recherche Qwant

site du festival d'Éducation
Site du festival du film d'Éducation

EVENEMENT
  • • Observatoire 2013-2014 des pratiques numériques des jeunes, Ceméa et Région Basse-Normandie
    19 août 2014

  • • Observatoire des pratiques numériques des jeunes. Deuxième étude. Les pratiques numériques des jeunes : quels accompagnements consolider ?
    20 janvier 2016

  • • Les clés des médias, une série de programmes courts pour comprendre les médias
    11 décembre 2015

  • • Séjour centré sur la réception et la critique de films dans le cadre du Festival de Cannes
    30 mai 2016

  • • Les Ceméa s’associent à France-Fraternités
    12 décembre 2016

  • DERNIERS ARTICLES
    Follow cemeaeejm on Twitter
  • • Prochaine Rencontre numérique du Ministère de la Culture
    20 février 2017

  • • Deux dossiers pédagogiques pour le film "Ma vie de courgette"
    20 février 2017

  • • Le goût du doc
    20 février 2017

  • • EN FÉVRIER, PARTICIPEZ AU SAFER INTERNET DAY !
    26 janvier 2017

  • • Retour sur la 12ème édition du festival européen du film d’éducation
    23 janvier 2017

  • • Adoption du premier référentiel international de formation des élèves à la protection des données personnelles
    23 janvier 2017

  • • Harcèlement, cyberharcèlement, parents, parlons en !
    23 janvier 2017

  • • Les Ceméa s’associent à France-Fraternités
    12 décembre 2016

  • • FabriqueS de l’Education citoyenne numérique
     : Projet Ceméa Grande Ecole du Numérique « Médiateur des usages du numérique »

    3 octobre 2016

  • • Ce que le numérique peut en éducation
    25 septembre 2016

  • •  Education à l’image, aux médias et au numérique
    22 septembre 2016

  • • Un guide de survie à destination des aventuriers d’internet
    14 septembre 2016

  • • A propos de l’usager des réseaux sociaux numériques - Avant-Propos du VEN 562
    25 juillet 2016

  • • « L’information des adolescents par les réseaux sociaux : le chaos des fils d’actualité »
    30 juin 2016

  • • Festival des Lycéens et des apprentis en Aquitaine
    30 juin 2016

  • • Seuls à la maison, une émission de téléréalité avec des enfants sur France 4 !
    14 juin 2016

  • • Le dossier pédagogique du film Toto et ses soeurs, Prix du long métrage au Festival européen du film d’éducation
    13 juin 2016

  • • Retour sur l’édition 2016 en Alsace du Festival du film d’éducation
    13 juin 2016

  • • Comment la technologie pirate l’esprit des gens
    13 juin 2016

  • • Décoder les algorithmes
    13 juin 2016

  • • De la maitrise de l’identité numérique à la présence numérique...
    10 juin 2016

  • • « Raconte ta ville » : ­c’est parti pour la 4e saison !
    2 juin 2016