Dossiers pédagogiques >> Films d’EDUCATION

LES CARPES REMONTENT LES FLEUVES AVEC COURAGE ET PERSÉVÉRANCE Un film de Florence Mary
Jean Pierre Carrier

La maternité doit-elle être réservée aux couples hétérosexuels ? Le film de Florence Mary milite ouvertement en faveur d’une évolution de la législation française, prisonnière des traditions et donc bien loin des aspirations de tant de couples homosexuels et des évolutions qu’ont su réaliser de nombreux pays à travers le monde. En France le mariage homosexuel n’existe pas et l’homoparentalité est le plus souvent regardée comme une anomalie. Un couple de femmes qui décide d’avoir recours à l’insémination artificielle n’a donc pas d’autre solution que de partir à l’étranger, à Bruxelles ou Amsterdam, ce qui non seulement pose des problèmes financiers évidents, mais aussi accroît considérablement la pénurie de donneur dans ces pays.

Si Les Carpes… est ainsi un film militant, c’est avant tout un regard introspectif sur une situation personnelle, le récit autobiographique de cette quête de maternité de deux femmes qui décident de réaliser leur désir d’enfant quel qu’en soit le coût, et les difficultés innombrables qui se dressent devant elles. Mais le titre nous le dit dès le début, la persévérance finit toujours par être couronnée de succès. Et ce que la médecine peut permettre n’a pas de raison d’être contrarié par les préjugés sociaux.

Florence, parce qu’elle est cinéaste filme donc son couple, la décision que ce soit sa compagne qui portera l’enfant, les relations que l’une est l’autre entretiennent avec leur famille respective, leur mère en particulier, les moments d’intimité avant et pendant la grossesse, et jusqu’à l’accouchement. Aucun exhibitionnisme dans tout cela, mais un récit de vie plein de pudeur, et une réflexion sur la signification culturelle et sociale de l’homoparentalité. Sur un tel sujet, la réalisatrice aurait pu faire un documentaire classique, rencontrant les femmes, et les hommes, pour qui la position juridique française est vécue comme une injustice, donnant à connaître sous forme d’interviews le point de vue de la médecine, mais aussi pourquoi pas, les opposants, les critiques mobilisant les préjugés et les stéréotypes. Le film aurait pu être ouvertement militant, revendicateur et donc dénonciateur. Il aurait pu être un acte politique. En fait c’est bien un acte politique, fondamentalement porteur de convictions. Le choix de l’implication autobiographique n’est pas une facilité, surtout pas une complaisance. C’est le choix de l’authenticité, mettant en évidence la force nécessaire pour surmonter les peurs, les hésitations, le risque de céder devant les difficultés. Et surtout, c’est la mise en œuvre d’une réflexion de fond sur le cinéma. Ce que nous dit ici la réalisatrice, c’est qu’être cinéaste c’est se demander sans cesse pourquoi l’on filme, pourquoi filmer telle scène, tel moment de vie, telle situation, telle rencontre…C’est montrer la nécessité de chaque plan, de chaque cadrage, de chaque raccord. C’est dire que rien ne doit être gratuit lorsque l’on décide de montrer des images. Il serait facile de filmer la Gay Pride et d’en faire un spectacle. Il serait facile de filmer un enfant de l’homoparentalité et de jouer sur l’émotion que peut provoquer son évocation de ses deux mamans. La Gay Pride et cet enfant sont bien présents dans le filme mais sans rien de spectaculaire ou de pathétique. Ce sont simplement des éléments de contextualisation du vécu de Florence et Sabine. C’est précisément parce que le filme est un itinéraire personnel qu’il n’enferme pas le spectateur dans un discours clos. L’itinéraire autobiographique n’est jamais dogmatique. Il ne peut pas être dogmatique. Et tout particulièrement lorsqu’il n’est pas linéaire. Le point d’arrivée, l’aboutissement de la quête, n’est pas fixé d’avance. Florence et Sandrine pourraient très bien ne pas réussir dans leur projet d’avoir un enfant. Elles pourraient renoncer, ou être trahie par la médecine, par défaut de donneur. Florence pourrait à chaque instant arrêter de filmer, ne pas aller jusqu’au bout de son travail cinématographique. Bien sûr en voyant le filme nous savons qu’il n’en a rien été. Mais cet achèvement n’a rien d’aléatoire. Si le film n’a pas été abandonné, c’est parce que les deux protagonistes n’ont pas renoncé à leur projet, à leur désir, à leur vie. L’autobiographie cinématographique manifeste la nécessité profonde du cinéma : ne plus filmer ce serait ne plus vivre.

Jean Pierre Carrier

Ce film a été projeté au Festival du Film d’Education d’Evreux le 16 novembre 2011

Mise en ligne le 29 novembre 2011
Retour Haut de page

RECHERCHE

  • Recherche avec Spip


>> Faire une recherche Qwant

site du festival d'Éducation
Site du festival du film d'Éducation

EVENEMENT
  • • Observatoire 2013-2014 des pratiques numériques des jeunes, Ceméa et Région Basse-Normandie
    19 août 2014

  • • Observatoire des pratiques numériques des jeunes. Deuxième étude. Les pratiques numériques des jeunes : quels accompagnements consolider ?
    20 janvier 2016

  • • Les clés des médias, une série de programmes courts pour comprendre les médias
    11 décembre 2015

  • • Séjour centré sur la réception et la critique de films dans le cadre du Festival de Cannes
    30 mai 2016

  • • Les Ceméa s’associent à France-Fraternités
    12 décembre 2016

  • DERNIERS ARTICLES
    Follow cemeaeejm on Twitter
  • • Les Ceméa engagés dans le projet D-Clics du numérique
    13 avril 2017

  • • Education, médias et citoyenneté, découvrir les actions des Ceméa
    25 mars 2017

  • • Hyperconnexion des adolescents : une initiation au digital labor
    23 mars 2017

  • • Le numérique, des limites à trouver dans les usages
    20 mars 2017

  • • Le Guide de la famille Tout écran est disponible en ligne
    17 mars 2017

  • • Conférence débat "La société numérique du partage"
    17 mars 2017

  • • Publication du rapport 2017 de l’Observatoire de la déontologie de l’information
    17 mars 2017

  • • Les Clés des médias, récompensées aux Assises internationales du journalisme
    16 mars 2017

  • • Le citoyen n’est pas une marque à vendre !
    10 mars 2017

  • • Retour sur le stage national au Festival du Court-Métrage de Clermont-Ferrand
    1er mars 2017

  • • Festival européen du film d’éducation en région...
    23 février 2017

  • • Prochaine Rencontre numérique du Ministère de la Culture
    20 février 2017

  • • Deux dossiers pédagogiques pour le film "Ma vie de courgette"
    20 février 2017

  • • Le goût du doc
    20 février 2017

  • • EN FÉVRIER, PARTICIPEZ AU SAFER INTERNET DAY !
    26 janvier 2017

  • • Retour sur la 12ème édition du festival européen du film d’éducation
    23 janvier 2017

  • • Adoption du premier référentiel international de formation des élèves à la protection des données personnelles
    23 janvier 2017

  • • Harcèlement, cyberharcèlement, parents, parlons en !
    23 janvier 2017

  • • À propos de l’internet des citoyens…
    20 janvier 2017

  • • Les Ceméa s’associent à France-Fraternités
    12 décembre 2016

  • • L’innovation numérique et les dangers de certaines idéologies du progrès
    20 novembre 2016

  • • FabriqueS de l’Education citoyenne numérique
     : Projet Ceméa Grande Ecole du Numérique « Médiateur des usages du numérique »

    3 octobre 2016