Regard critique sur des contenus plurimédias >> Films

Rebelle, princesse de Disney

Sophie Jehel, revisite au moment de la sortie du film Rebelle, l’univers des princesses chez Disney... Depuis quelques années, la représentation de la princesse chez Disney est en train de changer. L’imaginaire de la femme soumise attendant son prince charmant est difficile à concilier avec l’un des présupposés des sociétés démocratiques, le principe d’égalité entre les hommes et les femmes...

Sophie Jehel est Maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, Paris 8.

On sait que l’égalité juridiquement proclamée ne conduit pas à une égalité réelle entre les genres, ni dans les carrières, ni dans les salaires – ni d’ailleurs, dans un sens contraire, pour l’espérance de vie ! Les contes modernes qui façonnent l’imaginaire des enfants participent à la construction des représentations de genre. Les entreprises mondialisées dans leur diffusion comme Disney assurent un rôle non négligeable dans la promotion des valeurs occidentales. Dans le processus de « naturalisation » de l’indépendance des filles, la production d’histoires, d’héroïnes et de héros est cruciale. Elle peut permettre de consolider la poursuite d’un idéal commun, celui de la parité, en encourageant dès l’enfance le rêve d’indépendance chez les filles et son acceptation par les garçons. Elle est aussi en phase avec les attentes du public.

Rebelle est donc l’histoire d’une fille indépendante. Soumise à une éducation particulièrement austère, nécessaire selon sa mère pour « devenir une princesse », mais qu’elle vit comme une succession de brimades, elle refuse à l’adolescence le mariage de raison que sa mère a organisé pour elle, selon la tradition. Comme Disney n’est quand même pas une entreprise de contre-culture, ni une fabrique d’indignés : après le moment de la révolte, vient celui de la réconciliation avec son passé, qui permet à la princesse de triompher du mauvais sort et de gagner une certaine autonomie, tout en renouant avec sa famille.

Le projet auquel s’attaque ce scénario est donc passionnant et délicat. Comment inscrire les sociétés modernes dans une continuité avec leur tradition (et notamment avec leurs contes, qui sont une part essentielle de leur patrimoine symbolique) tout en faisant évoluer l’identité du personnage féminin principal vers des valeurs modernes ?

....

Lire la suite sur le site Telos

Telos est une agence intellectuelle fondée en décembre 2005. Elle est présidée par Zaki Laïdi. Regroupant universitaires et professionnels, elle aspire à répercuter sans esprit partisan les grands débats mondiaux dans un espace français livré aux passions hexagonales. L’écart qui sépare la France des autres grands pays est devenu trop préoccupant pour que nous ne nous interrogions pas sur le narcissisme de nos petites différences et sur les moyens de s’en défaire.
Telos aspire ainsi à servir de plateforme de débat entre intellectuels, de lien entre intellectuels et médias, de canal de communication entre intellectuels et public.
Telos est une agence d’inspiration réformiste. Mais elle n’est affiliée à aucun parti ou aucune institution. Les personnalités qui parrainent et animent Telos le font à titre strictement personnel.

Mise en ligne le 21 août 2012
Retour Haut de page

RECHERCHE

  • Recherche avec Spip


>> Faire une recherche Qwant

  • Ressources des Ceméa : Activités autour des médias et du numérique et l’Univers Comprendre : Médias, numérique, éducation et citoyenneté
  • (...) Voir le site

site du festival d'Éducation
Site du festival du film d'Éducation

EVENEMENT
  • • Les clés des médias, une série de programmes courts pour comprendre les médias
    11 décembre 2018

  • • Les Ceméa sont associés à France-Fraternités
    12 décembre 2018

  • • Résultats de l’enquête 2018 de l’oservatoire des pratiques numériques de jeunes en Normandie
    24 janvier 2019

  • DERNIERS ARTICLES
    Follow cemeaeejm on Twitter
  • • Dénonciation d’une initiative cynique, « mes-allocs.fr »
    9 septembre 2019

  • • Oui à un Conseil de déontologie journalistique et de médiation, non à un Conseil de l’ordre !
    27 juin 2019

  • • Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation en bonne voie
    18 juin 2019

  • • Le film L’heure de la sortie, Prix Jean Renoir des lycéens 2019
    12 mai 2019

  • • Le Collectif Enjeux e-médias réagit à l’appel des 3 académies sur l’enfant, l’adolescent, la famille et les écrans
    26 avril 2019

  • • Etre citoyen dans la société numérique
    5 avril 2019

  • • Le rapport annuel 2019 de l’Observatoire de la déontologie de l’information
    27 mars 2019

  • • Le guide numéro 2 de La famille tout écran, une nouvelle édition !
    27 février 2019

  • • Combattre les préjugés sur les réseaux sociaux
    25 février 2019

  • • Ce qu’est un Conseil de presse !
    18 février 2019

  • • Les propositions de l’ODI pour la création d’un conseil de presse
    24 janvier 2019

  • • Résultats de l’enquête 2018 de l’oservatoire des pratiques numériques de jeunes en Normandie
    24 janvier 2019

  • • Les actions des Ceméa tout au long de l’année 2018
    19 janvier 2019

  • • Infox, les outils utilisés par l’AFP
    13 janvier 2019

  • • ÇaNousRegardeTous - la nouvelle campagne de sensibilisation à la signalétique jeunesse du CSA
    2 janvier 2019

  • • Les Ceméa sont associés à France-Fraternités
    12 décembre 2018

  • • Les clés des médias, une série de programmes courts pour comprendre les médias
    11 décembre 2018

  • • Voici le palmarès du Festival international du film d’éducation 2018
    11 décembre 2018

  • • Pour un numérique inclusif
    30 novembre 2018

  • • Pour la création d’une instance de déontologie de la presse
    28 novembre 2018

  • • Le programme complet de la 14 ème édition du Festival international du film d’éducation
    23 novembre 2018

  • • Restitution de la rencontre culture numérique "Education aux médias et à l’information"
    10 novembre 2018