Dossiers pédagogiques >> Dossier Blog

Histoire d’un blog

A l’origine, j’ai voulu créer un blog, pour pouvoir critiquer ce que j’aimais et ce que je n’aimais pas dans les blogs. Je voulais aussi savoir ce qui plaisait tant aux gens dans le fait de publier une photo accompagnée d’un texte et de réclamer des commentaires, de compter les visites... Je trouvais cette attitude ridicule. Alors j’ai essayé, je voulais comprendre, et puis on ne peut pas critiquer quelqu’un ou quelque chose si on ne le connaît pas. J’ai créé mon blog, j’y ai ajouté un ou deux articles avec quelques petites idées, mais sans m’attaquer directement aux blogs. Je voulais d’abord observer, ce à quoi je m’attendais est arrivé immédiatement, les gens font leur publicité, réclament des visites, des commentaires... Sans le savoir j’avais plongé dans un monde dont les comportements, la culture me dépassaient... Je savais à peu près à quoi m’attendre, mais je n’aurais jamais imaginé que ce serait si important, si imposant. La première chose que je me suis dite, c’est que les gens avaient légèrement tendance à confondre leur vie réelle avec la virtuelle... Comment pouvait-on s’attacher à des gens, à de simples textes, à des images et la popularité d’un nom choisi juste pour nous représenter et masquer celui qu’on est réellement ? Mon blog était un moyen d’étudier pour moi-même les réactions des gens face à toutes sortes de remarques et d’actions. J’en ai ennuyé beaucoup, je les ai souvent envoyé paître, il y en a que j’ai ignoré royalement, et d’autres que j’ai apprécié et à qui je donnais des commentaires agréables. Je voulais voir comment les gens allaient réagir. Je me suis aperçue que visiter un blog revient souvent à visiter indirectement l’esprit des gens... Les blogs sont une représentation de la vie réelle, mais sur un écran. Une plus belle représentation parce que plus sincère dans le sens ou il permet bien souvent de voir une partie de la vraie personnalité des bloggers, qu’ils la dévoilent ou la déguisent.

Les règles des blogs varient parfois en fonction des plates-formes, mais elles restent dans l’ensemble plus ou moins semblables. Où que l’on soit, on trouve forcément cette sorte de dictature. Chaque auteur est comme un « roi », dont le royaume est son blog. D’une manière générale, tout le monde peut venir, mais bien souvent, il y a des règles à respecter. Sur la quasi-totalité, on a droit au célébrissime « lâche tes comm’s » (l’abréviation est toujours là, elle symbolise l’appartenance de l’auteur à la blogosphère, au monde SMS, ou les deux à la fois). A cela s’ajoute souvent une autre remarque du genre « je t’autorise à passer sur mon blog, mais toi en revanche tu as intérêt à laisser plusieurs commentaires, et agréables de préférence sinon, je les supprimerai. ». Un royaume plein de restrictions et d’obligations derrière une vitrine qui laisse croire à une grande liberté.

J’ai aujourd’hui trois blogs. J’ai voulu m’immerger dans un monde que je ne connaissais pas, et en fin de compte, je suis tombée dans l’engrenage. Mon premier blog est le plus populaire des trois, les autres le sont moins. Quoi que le troisième commence à avoir son petit succès. Ce qui est étrange c’est que la façon dont ils se font connaître est à chaque fois différentes. Evidemment chaque blog est unique, mais dans l’ensemble on pourrait s’attendre à des « voies » relativement semblables. Deux d’entre eux se trouvent sur la même plate-forme et évoluent pourtant de manières différentes. C’est certainement dû au fait que leurs genres sont radicalement opposés. L’un est rempli d’idées, de pensées en vrac, de moi, et un peu de ma vie (dire que je voulais éviter ça au départ...) alors que l’autre est un blog de collection, un genre assez rare, ce qui s’explique peut-être par la difficulté de tenir un tel blog. Le troisième est sur une autre plate-forme, noyé plus ou moins dans la masse, et quasi-inconnu du monde, à l’exception des gens qui ont vu le lien que j’ai mis pour y accéder depuis mes deux autres blogs. Je ne sais pas pourquoi ni comment j’en suis arrivée là. La « popularité » de mes blogs m’inquiète. Si un blog est populaire, il est encore plus difficile de le quitter. Déjà faut-il avoir le courage de les quitter. Je ne me vois pas surfant sur le net sans me connecter sur les plates-formes en même temps. Je complète mes blogs, je les corrige, je parle et j’en découvre d’autres. En plus de ça, quand ils ont leurs visiteurs habitués, il est impossible d’arrêter son blog sans recevoir les plaintes d’autres bloggers demandant à ce qu’on reste. Avoir un blog c’est entrer dans un monde, et dans ce cas, si on connaît des gens, il est impossible de passer inaperçu et de ne recevoir aucune réclamation d’autre créateur. Parce qu’une plate-forme, c’est comme une communauté bien définie. Une communauté dans laquelle on retrouve de nombreuses petites communautés entremêlées. Je fais partie d’une communauté, je ne sais pas quand ni comment je pourrais la quitter, je n’en ai pas l’envie, seulement il est évident que ça ne pourra pas être éternel. Un jour ou l’autre on devra tous quitter ce joli monde plein d’idées, de rêves, d’ambitions, de soutien et même d’amitié.

Un blog, c’est bien souvent une sorte d’œuvre d’art unique. Certains écrivent, dessinent, photographient, et d’autres entretiennent un blog. C’est un art personnel que l’on fait évoluer avec le temps. Pour certains ils ont des effets très positifs. J’ai parlé à des bloggers qui ont créé le leur à une époque ou ils étaient déprimés, et qu’ils s’y attendent ou non, ça les a aidé à se sentir mieux. Et puis pour d’autres, un blog, c’est comme un bébé, ou un animal. Il faut qu’on s’en occupe, et puis on s’y attache. La plupart des meilleurs blogs sont faits sans prétention, on ne cherche pas à attirer les gens. Seulement à s’exprimer, et ceux qui veulent viennent, s’il n’y a personne, tant pis. Beaucoup de gens croient qu’un blog c’est un album photo pour eux et leurs amis. Après ils s’étonnent que les gens ne laissent aucun commentaire, mais si il n’y a que des photos de gens qu’on ne connaît pas, c’est difficile de trouver quelque chose de pertinent à dire. Dans ces cas là, seules les photos « suggestives » ont du succès, elles attirent les gens et gagnent en commentaires sans intérêt.

L’amitié est très présente dans la blogosphère. Et dans des cas comme ça, forcément il y a toujours des commentaires agréables, des messages d’amitié, qui font grimper les statistiques pour le plus grand bonheur de beaucoup de gens... Je me suis fait des amis, ils viennent assez régulièrement laisser des commentaires agréables, ce qui fait plaisir, mais un plus grand plaisir est de voir que l’article a vraiment été lu, qui est vraiment commenté avec l’opinion des visiteurs. Je trouve que la liberté d’expression est un des plus beaux droits que l’on ait, c’est pourquoi je veux que mon blog soit un lieu d’expression pour tous, j’accepte tous les avis qu’ils aillent dans mon sens ou non. Au-delà de l’amitié, ça me fait toujours bizarre de voir que des couples se forment, certains ne durent pas mais il arrive que la relation entre les deux bloggers fonctionne. C’est étrange dans le fait que même si on est dans un monde virtuel, des relations se créent et qu’elles s’étendent dans le monde réel.

Vanessa R. 19 ans Etudiante

Mise en ligne le 30 avril 2007
Retour Haut de page

RECHERCHE

  • Recherche avec Spip


>> Faire une recherche Qwant

  • Ressources des Ceméa : Activités autour des médias et du numérique et l’Univers Comprendre : Médias, numérique, éducation et citoyenneté
  • (...) Voir le site

site du festival d'Éducation
Site du festival du film d'Éducation

EVENEMENT
  • • Les clés des médias, une série de programmes courts pour comprendre les médias
    11 décembre 2018

  • • Les Ceméa sont associés à France-Fraternités
    12 décembre 2018

  • • Résultats de l’enquête 2018 de l’oservatoire des pratiques numériques de jeunes en Normandie
    24 janvier 2019

  • DERNIERS ARTICLES
    Follow cemeaeejm on Twitter
  • • Construire des politiques publiques cohérentes pour la petite enfance et renforcer l’offre d’activités alternatives aux écrans, gratuites et sécures
    22 novembre 2019

  • • Résultats d’une étude sur les relations affectives des adolescents et les réseaux socio-numériques
    31 octobre 2019

  • • Dénonciation d’une initiative cynique, « mes-allocs.fr »
    9 septembre 2019

  • • Oui à un Conseil de déontologie journalistique et de médiation, non à un Conseil de l’ordre !
    27 juin 2019

  • • Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation en bonne voie
    18 juin 2019

  • • Le film L’heure de la sortie, Prix Jean Renoir des lycéens 2019
    12 mai 2019

  • • Le Collectif Enjeux e-médias réagit à l’appel des 3 académies sur l’enfant, l’adolescent, la famille et les écrans
    26 avril 2019

  • • Etre citoyen dans la société numérique
    5 avril 2019

  • • Le rapport annuel 2019 de l’Observatoire de la déontologie de l’information
    27 mars 2019

  • • Le guide numéro 2 de La famille tout écran, une nouvelle édition !
    27 février 2019

  • • Combattre les préjugés sur les réseaux sociaux
    25 février 2019

  • • Ce qu’est un Conseil de presse !
    18 février 2019

  • • Les propositions de l’ODI pour la création d’un conseil de presse
    24 janvier 2019

  • • Résultats de l’enquête 2018 de l’oservatoire des pratiques numériques de jeunes en Normandie
    24 janvier 2019

  • • Les actions des Ceméa tout au long de l’année 2018
    19 janvier 2019

  • • Infox, les outils utilisés par l’AFP
    13 janvier 2019

  • • ÇaNousRegardeTous - la nouvelle campagne de sensibilisation à la signalétique jeunesse du CSA
    2 janvier 2019

  • • Les Ceméa sont associés à France-Fraternités
    12 décembre 2018

  • • Les clés des médias, une série de programmes courts pour comprendre les médias
    11 décembre 2018

  • • Voici le palmarès du Festival international du film d’éducation 2018
    11 décembre 2018

  • • Pour un numérique inclusif
    30 novembre 2018

  • • Pour la création d’une instance de déontologie de la presse
    28 novembre 2018