Regard critique sur des contenus plurimédias >> Films

Chronique d’un été
Jean Rouch, Edgard Morin, 1960

Article publié dans le VEN 536, et rédigé par Jean Pierre Carrier

Chronique d’un été est le premier film,
et sans doute le seul, à avoir revendiqué
explicitement l’appellation de Cinéma
Vérité. Formule des plus problématiques ;
comment le cinéma pourrait-il revendiquer
de dévoiler LA vérité ? Certes les
auteurs ne sont pas assez naïfs pour avoir
cru cela possible. En fait, il s’agissait simplement
pour eux de se référer à Dziga
Vertov et à son Kino Pravda – les compléments
cinématographiques du journal
du parti bolchevique. Toujours est-il que
l’expression fut quasiment définitivement
abandonnée par les cinéastes, même si
on la retrouve encore aujourd’hui dans
maints commentaires. Comme s’il s’agissait
d’une sorte de boîte noire du cinéma
documentaire toujours hanté par le
souci de ne jamais encourir le reproche
de falsification (truquage, bidonnage,
maquillage, transformation) de la réalité.
Prêcher le vrai pour ne pas risquer de
se voir accusé du faux.
Dans son introduction, Rouch présente
le film comme « expérimental », ce qu’il
explicite en précisant qu’il est tourné non
avec des acteurs mais avec des personnes
communes, rencontrées au hasard dans
la rue, « monsieur tout le monde » en
somme. Ce qui ne correspond précisément
qu’à la séquence du micro-trottoir.
Pour le reste, s’il ne s’agit pas d’acteurs
professionnels, s’ils ne jouent pas un rôle
qui ne correspondrait pas à leur personnalité,
les hommes et les femmes présents
dans le film sont quand même choisis par
les auteurs du film pour leur singularité,
comme l’Africain Lam ou l’ancienne
déportée Marceline Loridan, future
cinéaste, auteure d’un nombre important
de films, soit en coréalisation avec son
compagnon Joris Ivens, soit comme
auteure à part entière.
S’agit-il alors d’approcher aussi précisément
que possible la vérité de ces êtres,
sans masque pourrait-on dire ? Là aussi
Rouch questionne dès l’introduction la
faisabilité d’une telle entreprise : comment
peut-on affirmer que l’on puisse
être devant une caméra comme l’on est
en son absence ? Et ce que l’on dit dans
un micro relié à un magnétophone n’estil
pas influencé par cette dimension de
propos enregistré ? Et Rouch de parler de
« ruse » pour rendre compte du travail que
Morin et lui vont mettre en oeuvre,
travail d’interviewers et de sociologues.
Parler de ruse dans la même séquence où
il a été question de cinéma vérité en dit
long sur l’incertitude qui règne sur l’entreprise.
Il n’y a alors qu’une seule solution
 ; tenter le coup, jouer le jeu, et on
en reparlera à la fin de l’été, au moment
de conclure le film.

Mise en ligne le 4 novembre 2009
Retour Haut de page

RECHERCHE

  • Recherche avec Spip


>> Faire une recherche Qwant

site du festival d'Éducation
Site du festival du film d'Éducation

EVENEMENT
  • • Observatoire 2013-2014 des pratiques numériques des jeunes, Ceméa et Région Basse-Normandie
    19 août 2014

  • • Observatoire des pratiques numériques des jeunes. Deuxième étude. Les pratiques numériques des jeunes : quels accompagnements consolider ?
    20 janvier 2016

  • • Les clés des médias, une série de programmes courts pour comprendre les médias
    11 décembre 2015

  • • Séjour centré sur la réception et la critique de films dans le cadre du Festival de Cannes
    30 mai 2016

  • • Les Ceméa s’associent à France-Fraternités
    12 décembre 2016

  • • Observatoire des pratiques numériques des jeunes normands
    12 octobre 2017

  • DERNIERS ARTICLES
    Follow cemeaeejm on Twitter
  • • Facebook et Cie… On continue comme si de rien n’était ?
    26 mars 2018

  • • Rapport 2018 de l’Observatoire de déontologie de l’information (ODI)
    22 mars 2018

  • • Dégooglisons Internet
    12 mars 2018

  • • Réflexions sur un débat confisqué : les fake news...
    27 février 2018

  • • Le rapport final sur la réception des images violentes, sexuelles et haineuses par les adolescents
    27 février 2018

  • • 8ème édition du Colloque international « Child and Teen Consumption » 4 – 6 avril 2018, Angoulême
    5 février 2018

  • • Lutter contre la désinformation... et les fake news...
    20 janvier 2018

  • • Un site ressources Education aux écrans
    5 janvier 2018

  • • Les actions menées par les Ceméa tout au long de l’année...
    5 janvier 2018

  • • NOEL 2017 - Lettre au Père Noël : non aux tablettes et jouets connectés
    5 janvier 2018

  • • Le palmarès du festival international du film d’éducation est en ligne...
    5 janvier 2018

  • • La neutralité du Net : comprendre ce principe pour agir contre sa suppression
    5 janvier 2018

  • • Facebook au coeur de critiques renouvelées
    5 janvier 2018

  • • La vie numérique des tout-petits, les travaux de la Fondation pour l’enfance
    5 janvier 2018

  • • Adolescents, images numériques et construction identitaire
    Stratégies, vulnérabilités, remédiations

    5 janvier 2018

  • • Le catalogue de la 13ème édition du Festival international du film d’éducation est en ligne !
    5 janvier 2018

  • • Six applications pour une éducation à l’image
    5 janvier 2018

  • • Des ressources sur la vidéo et le numérique, la photo et le numérique
    5 janvier 2018

  • • Des ressources sur la vidéo et le numérique, la photo et le numérique
    5 janvier 2018

  • • Education populaire pour et par les jeunes : pratiques numériques, lieux innovants et médias des jeunes
    2 décembre 2017

  • • Le compte rendu des 3èmes Rencontres Culture numérique
    23 novembre 2017

  • • Conférence débat : Société de l’information, numérique et éducation populaire
    21 novembre 2017